Quand payer son assurance habitation ?

Quand payer son assurance habitation ?

Parce que vous déménagez et avez beaucoup de travail à faire, nous avons souvent tendance à reléguer le choix de l’assurance à l’arrière-plan. Mais cette étape mérite une réflexion, car nous pourrions regretter, plus tard, de prendre un contrat trop cher, ou une couverture insuffisante. Voici quelques éléments théoriques qui vous aideront à choisir votre assurance.

Plafonds de garantie, franchises, délais d’attente : méfiez-vous des mauvaises surprises

Si vous ne regardez pas certains détails lors de la signature de l’assurance, vous pourriez regretter plus ou moins rapidement. Par exemple, lorsque vous appliquez un délai de carence, cela signifie que vous n’êtes pas assuré dès que vous entrez dans le logement. Si un désastre survient quelques jours après le transfert, vous n’aurez droit à aucune indemnisation…

Lire également : Comment rédiger une convention de divorce ?

De plus, l’assurance ne peut garantir votre bien que jusqu’à une certaine valeur, ou elles vous facturent de grandes franchises qui vous mettront en difficulté. Vérifier soigneusement tous ces critères : ils peuvent vous aider à comparer différents régimes d’assurance les uns aux autres.

Veuillez noter que des exclusions de garantie peuvent également s’appliquer : lisez toutes les petites lignes pour éviter de subir ces clauses.

A lire aussi : Quelques informations concernant le diamant blanc

Faire la distinction entre les garanties facultatives et essentielles

Plusieurs garanties sont essentielles pour l’assurance multirisques : catastrophes naturelles, dégâts d’eau, inondations, incendies, tempêtes et brise-glace. Vous devez être protégé contre ces différents événements.

D’ autres articles, tels que le vol ou la couverture et l’assistance contre les dommages électriques, sont facultatifs. Jetez un oeil à la mesure dans laquelle leur activation conduit à des prix plus élevés. Parfois, il peut être intéressant de vous protéger plus, quand cela ne conduit pas à une augmentation significative du tarif à payer.

Rappelons que le coût de l’assurance multirisque dépend essentiellement de la valeur du capital mobile : plus il est élevé, plus vous paie. Bien qu’il puisse être tentant de sous-estimer ce critère pour gagner de l’argent, cette pratique reste fortement découragée : en cas d’accident, vous serez gravement indemnisé et même potentiellement pénalisé si vous n’avez pas donné le droit d’information.