Comment calculer le taux d’endettement pour un prêt immobilier ?

Comment calculer le taux d’endettement pour un prêt immobilier ?

Dans le cadre d’un prêt immobilier, il s’avère indispensable de connaître votre capacité d’emprunt. C’est pourquoi la banque procède à un diagnostic complet de vos finances. Une partie de l’analyse consiste à calculer le taux d’endettement du client en vue de déterminer sa capacité de remboursement. Bien que ce calcul soit à la portée de tous, il s’applique sur la base d’une formule spécifique. Voici comment calculer votre taux d’endettement.

Formule générale pour calculer le taux d’endettement pour un prêt immobilier

Le calcul d’un taux d’endettement est relativement simple. En effet, la formule ne varie pas d’une institution financière à une autre. Elle consiste à diviser la mensualité du prêt immobilier par la somme des revenus du foyer. Le résultat obtenu qui est multiplié par 100 donne le taux d’endettement.

A lire en complément : Comment faire un bon investissement locatif ?

Ainsi, la formule mathématique du taux d’endettement s’écrit : (Charge d’emprunt/Revenus net) x 100. Par exemple, si le total des revenus d’un foyer est égal à 5 600 euros et la mensualité du prêt immobilier équivaut à 960 euros on a : Taux d’endettement = (960 euros/5600 euros) x 100. Le résultat donne 17,14 %.

L’objectif de cette opération est de déterminer la part que représente la mensualité du prêt immobilier dans les revenus du loyer. En général, les structures financières prennent en compte plusieurs sources de revenus en vue de déterminer le montant total des rétributions du foyer.

A voir aussi : Le parement mural, avec quel matériau ?

Les éléments constitutifs des revenus d’un foyer

Les revenus considérés pour calculer le taux d’endettement de prêt immobilier varient selon les institutions de crédit. De ce fait, la somme des revenus est parfois composée de différents éléments dont :

  • les salaires nets,
  • le treizième mois,
  • les primes de contrats ;
  • les allocations de logement,
  • les revenus professionnels non salariés,
  • les commissions (pour les agents commerciaux),
  • les pensions alimentaires reçues et
  • les autres pensions, etc.

Bien entendu, la liste n’est pas exhaustive. Dans la pratique, chaque structure établit une liste personnalisée des éléments constitutifs des revenus. La liste dépend principalement du profil de chaque demandeur de crédit.

Par ailleurs, certaines banques considèrent comme revenu, les aides financières perçues pendant toute la durée du prêt immobilier : les allocations familiales (revenus insaisissables). De même, les revenus fonciers peuvent être inclus dans les revenus nets du foyer.

Les revenus exclus du calcul du taux d’endettement et la charge d’emprunt

Dans le cadre du calcul du taux d’endettement, certains revenus ne sont pas pris en compte. Il s’agit notamment des primes exceptionnelles et des indemnités professionnelles. En effet, ces entrées d’argent sont considérées comme revenus non réguliers. Les primes sont non contractuelles et les indemnités sont perçues uniquement en cas d’accident de travail ou de maladie professionnelle.

S’agissant de la charge d’emprunt (la mensualité du prêt immobilier), elle est parfois composée de plusieurs éléments. Dans un contexte, l’addition des mensualités des prêts existants et du prêt envisagé constitue la charge d’emprunt.

En réalité, les compagnies financières considèrent toutes les mensualités que vous payez pour les précédents prêts souscrits. Elles ajoutent également la mensualité du nouvel emprunt envisagé. Le cas d’espèce s’applique dans le cadre d’un nouveau prêt immobilier.

En résumé, les revenus nets varient selon le fonctionnement des structures financières. Toutefois, la formule du calcul du taux d’endettement pour un prêt immobilier est universelle.