Bébé qui pleure ? Comment le calmer ?

Bébé qui pleure ? Comment le calmer ?

Même si on s’y attendait forcément, les cris et les pleurs de bébé sont toujours source de souci pour les nouveaux parents. D’autant plus que quand le bébé ne veut pas arrêter de pleurer, on se fait des scénarii. Pourtant, avec quelques vraies techniques et astuces qui marchent, on arrive presque toujours à calmer bébé.

L’infaillible « the Hold » du Dr Robert Hamilton

Pendant que vous étiez encore futurs parents ou maintenant que vous êtes devant les faits, vous avez déjà sûrement fait des recherches. Au cas où vous l’auriez raté, ce qui est quand même très peu probable, on vous explique comment cette technique simple mais redoutable est appliquée.

Lire également : Comment obtenir la prime de naissance CAF ?

Robert Hamilton est à l’origine de cette technique, ou de sa divulgation. Vous pouvez le voir « faire des miracles » en faisant taire un bébé pleurant, voire criant à plein poumon, en quelques secondes uniquement. Cette technique devrait marcher pour tout, car les démonstrations sont faites sur des bébés qui viennent juste d’être vaccinés.

Comment reproduire la technique de « the Hold » ?

Lire également : Où se renseigner pour une garde alternée ?

Dans la vidéo de la démonstration, vous pouvez voir le pédiatre expliquer qu’il faut tout faire gentiment ou avec douceur. C’est ce qu’il fait effectivement mais ce n’est pas tout. Voici un petit résumé de ce que le docteur fait en réalité :

  • Il prend le bébé avec sa main droite tout en prenant soin de replier le bras droit du bébé
  • Il garde immobile le premier bras en le collant doucement contre le torse du bébé
  • Ensuite, il fait de même avec le bras gauche de bébé
  • Il maintient les deux bras du bébé son torse (celui du bébé)
  • Avec l’autre main, le pédiatre maintient les fesses du bébé
  • Les jambes du bébé du bébé sont donc en suspension, car exactement la main est positionnée à l’entrejambe du bébé.
  • Il incline ensuite le corps du bébé vers l’avant à 45 degrés
  • Le pédiatre berce doucement le bébé en le faisant faire de petits mouvements de haut en bas
  • À certains moments, il faire de petites rotations au bassin du bébé uniquement

Technique très efficace, mais non sans limite

On sait à peu près pourquoi cette technique marche. La position que reproduit la technique s’apparente à celle dans laquelle le bébé était mise dans le ventre de sa mère. C’est une donc une position sécurisante pour bébé. La technique ne marche plus quand bébé aura plus de trois mois, il sera plus éveillé et aura également gagné du poids. De même, le bébé pleure souvent dès qu’on le repose dans une position verticale. La technique est donc à combiner avec d’autres astuces.

Les gestes à adopter dans les contextes normaux

Les pleurs et les cris font partie du langage des bébés autant que les sourires et les rires. Quand le bébé pleure, cela peut vouloir dire qu’il a mal quelque part, qu’il a faim, qu’il s’ennuie, qu’il est mouillé … et toute une panoplie d’autres désagréments. Le tout c’est de procéder par élimination tout en spéculant sur l’origine probable des pleurs de votre bébé.

Prenez le bébé dans vos bras

Parfois, le bébé a tout simplement besoin de votre présence. Pendant qu’il pleure dans son berceau, faites-lui entendre votre voix. Si c’est ce dont il a besoin, il se calme aussitôt qu’il entendra votre voix. Si cela ne fonctionne pas, prenez-le dans votre bras pour le bercer et le rassurer un peu.

Vérifiez les langes de votre bébé

Quand le bébé est mouillé, il prend froid. C’est une sensation qu’il n’apprécie pas du tout et il le fait comprendre par ses pleurs. Pendant que vous le tenez dans vos bras, vous pouvez palper un peu pour voir s’il n’a pas sali ses langes. Si c’est le cas, changez-le immédiatement. Les pleurs s’arrêtent presque au même moment où vous retirez la saleté.

Donnez à manger au bébé

Vous pouvez à peu près deviner s’il a faim, car c’est vous qui lui avez donné ses dernières tétées. Quand bébé est encore tout petit, son estomac l’est autant. Il faut ainsi le nourrir à une fréquence élevée, mais à petite dose et presque de façon très régulière. Peut-être que vous et lui avez dormi ou n’avez pas vu le temps passer, donc il réclame ses tétées.

Gardez bébé près de vous

Votre bébé a besoin d’être en contact avec vous – sa mère ou son père. Quand vous êtes à la maison, vous pouvez le coucher dans une poussette ou le porter dans une écharpe. Il faut qu’il garde un contact – visuel et/ou physique – avec vous. S’il avait besoin de dormir, c’est la meilleure façon de le bercer et de l’endormir doucement.

Que faire quand le bébé pleure sans s’arrêter ?

Il arrive que bébé ne veuille rien entendre, même après que vous ayez tout tenté. Ce sont des choses qui arrivent, et avant toute chose, ne paniquez pas trop longtemps et surtout ne pleurez pas avec lui. Il faut que vous gardiez votre sang-froid pour réfléchir sur les autres causes probables de ses pleurs.

Bébé a des gaz ou fait une crise de coliques

D’une manière générale, bébé n’arrive pas à se calmer malgré les câlins et tout quand il a des gaz ou quand il a ce qu’on appelle les coliques du nourrisson. C’est son ventre qui lui fait mal. La technique préconisée pour le calmer dans ce cas est de le coucher sur un de vos bras avec sa tête dirigée vers l’articulation du coude. Votre autre main doit être appuyée sur son dos pour le maintenir en sécurité.

Le bébé est encore assez petit pour que votre main puisse couvrir la totalité de son torse et de son ventre. Pendant que vous le maintenez dans cette position, bercez-le tout en faisant de très petites pressions sur son estomac. Le gaz devrait sortir petit à petit et lui se calmer. Vous pouvez également essayer les techniques de massage.

Peut-être que bébé est malade

Si vous avez tout essayé et qu’il continue à pleurer, peut-être qu’il a attrapé un petit rhume, une petite infection ou autre.  Commencez par vérifier s’il n’a pas de fièvre ou si sa peau n’a pas changé de teinte. Vérifiez également si ses narines ne sécrètent pas de liquide, si ses cacas n’ont pas pris une consistance ou une couleur inhabituelle.

Après avoir tout vérifié, assez rapidement mais dans le plus grand calme, vous pouvez appeler le pédiatre. Privilégiez le pédiatre, car appeler une tante ou une mère résultera en une panique générale et une indécision qui retarderont le diagnostic du médecin.