Arrestation du PDG de Renault, Carlos Ghosn au Japon

Arrestation du PDG de Renault, Carlos Ghosn au Japon

Lundi 19 novembre 2018, le PDG de Renault M. Carlos Ghosn a été arrêté à Tokyo. Il est soupçonné de ne pas avoir déclaré la totalité de ses revenus et est donc retenu pour malversations présumées. Les informations ont été diffusées par Nissan. Le partenaire japonais du groupe compte se prononcer ce jeudi-ci sur le limogeage de Carlos Ghosn de son poste de président.

Détenu pour malversations présumées

Renault fait partie des plus grands constructeurs que le marché de l’automobile ait jamais connus. Il suffit de se rendre au Renault près de Marignane pour s’en convaincre. On retrouve au Renault près de Marignane un grand nombre de véhicules de la marque, tous aussi performants les uns que les autres. Mais voilà que le propriétaire du groupe vient d’être arrêté pour malversations. En effet, Carlos Ghosn aurait pendant de longues années déclaré des revenus inférieurs au montant réel. Cette pratique a commencé depuis 2011 et a duré plus de 5 ans. Au lieu de déclarer ses 10 milliards de yens, il en déclarait juste 5. Une enquête interne a permis de découvrir cela. Mais en plus, l’emblématique patron du groupe Renault aurait également utilisé des biens de l’entreprise à des fins personnelles. Un autre responsable de Nissan serait également mis en cause. Il s’agit de Greg Kelly. Pour le moment, Carlos est retenu à Tokyo.

Vigilance accrue chez l’État français

Tous les détenteurs de véhicules se trouvant dans le Renault près de Marignane seront bientôt au courant que le PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi a été entendu, puis arrêté par la police ce lundi 19 novembre. En réaction de cette arrestation, Emmanuel Macron assure à tous que l’État français allait être extrêmement vigilant quant aux conséquences de cette situation. Même s’il soutient qu’en réalité il est trop tôt pour se prononcer sur la réalité des faits, il n’en demeure pas moins que c’est avant tout un actionnaire de Renault et est donc directement concerné. D’après le Chef de l’État français, la « stabilité » du constructeur automobile Renault et l’avenir de l’alliance avec Nissan auront droit à une vigilance accrue. Macron compte également apporter tout son soutien à l’ensemble des salariés de l’entreprise.

Ce jeudi, Nissan va réunir son conseil d’administration dans le but de voter le départ de Carlos Ghosn qui en plus d’être le PDG de Renault représente aussi l’un des plus grands patrons d’industrie du monde.